Les célibataires Français consomment moins de 4 préservatifs par an !

Cet été, sortez couvert !L'an passée, les célibataires vivant en France ont acheté au total près de cent millions de préservatifs, selon les chiffres fournis par les ventes en pharmacie ou en points de ventes.

La majeure partie des célibataires en âge d'être actif sexuellement (les 15 à 64 ans), hors couple, représentent 40 % de la population française, et donc 26 millions de personnes.

Rappelons que selon l'OMS "Vivre une sexualité harmonieuse favorise l'épanouissement personnel, la confiance en soi et permet de tout simplement se sentir bien dans sa peau."

La consommation de préservatifs est stable depuis trois ans.

On peut légitimement se poser la question suivante : Pourquoi, les célibataires ne consomment pas plus de 4 préservatifs par an et par personne ?

Est-ce le nombre de rapports protégés sur une année pour un célibataire en moyenne ? Si ce n'est pas le cas, combien de rapports non protégés pour les célibataires ?

Lors de la dernière grande enquête sur la sexualité en France, réalisé par l'INSERM en 2007, celle-ci révélait que la fréquence des rapports des hommes et des femmes étaient de 8,7 par mois !

Soit plus de 100 rapports par an contre moins de 4 rapports protégés par an pour les célibataires ?

Ces deux chiffres paraissent incroyables. D'un côté, on aurait une part de la population qui aurait un rapport tous les 3 jours, et de l'autre, une part de la population qui aurait un rapport une fois par trimestre !

Dans les 2 cas, les instruments de mesure ne paraissent pas suffisamment fiables pour en déduire une vérité sur la sexualité des français et des célibataires.

Si les ordres de grandeur sont difficilement vérifiables, une tendance se dégage concernant les célibataires : En 2012, on est loin du cliché des années 70, et de la libération des moeurs sexuelles avec l'image du baba cool entouré de plusieurs jeunes filles...

De nos jours, il semblerait qu'être célibataire, impliquerait moins de rapports sexuels !

Moins de rapports sexuels ou moins de protections ?

Un autre phénomène doit être pris en compte dans l'analyse du marché de la capote : La contraception féminine et plus particulièrement la pillule.

Les derniers chiffres de l'INED dont on dispose, remontent aux années 90, et révélaient que 70% des françaises avaient recours à la pillule. On peut imaginer que depuis 20 ans, ce chiffre a encore augmenté.

Sachant que pour celles qui à l'époque n'utilisaient pas de pillules contraceptives, 7% étaient stériles, et 11% n'avaient pas de partenaires sexuels.

En réalité, seulement 8% des femmes interrogées souhaitaient avoir des enfants, et n'avaient pas recours à un moyen contraceptif.

Cependant, les préservatifs ne sont pas qu'un moyen de contraception, mais bien un moyen de lutte efficace contre les maladies sexuellement transmissibles.

Les autorités de santé en France s'inquiètent d'une baisse de la vigilance des célibataires, concernant les risques de maladie sexuellement transmissible.

La communication sur les progrès concernant la recherche contre le sida pourrait faussement laisser croire que le sida serait en passe d'être vaincu.

Soit un des thèmes de la dernière conférence internationale sur le Sida dont vous pouvez voir un court extrait ci-dessous :

Rappel : 80% des infections par le VIH interviennent après des rapports non-protégés !

Le sida touche encore chaque année 2,2 millions de personnes dans le monde, et a déjà tué 30 millions d'individus en 30 ans.

La 19ème conférence internationale sur le Sida, qui s'est tenue à Washington fin juillet, a mis en relief d'une part, les très grands progrès accomplis dans la recherche contre ce virus, mais aussi les risques paradoxaux, à croire que la lutte était gagnée, et la baisse de la vigilance que cela pourrait engendrer.

La baisse de la protection arrive aussi à un moment où, on pourrait constater un échec partiel d'une stratégie de communication des politiques de santé des Etats, qui ont diabolisé pendant longtemps les rapports sexuels auprès de la génération 80-2000, et peut-être un conséquence insoupçonnée de la solitude, et parfois désespérance des jeunes.

Marché de l'emploi bouché, crise du logement, repli sur soi, les jeunes sont durement touchés par la crise économique et sociale des années 2010, ce ne serait pas abérrant de penser que cela a aussi des conséquences sur leurs sexualités.

Encore un autre facteur pour expliquer la stabilité ou hypothétique baisse des rapports sexuels chez les jeunes : ils partent de plus en plus tard du domicile parental, ou pire, reviennent habiter chez les parents !

Le chiffre des ventes de préservatifs serait en fait plus important selon les acteurs du préservatif sur Internet comme leRoidelaCapote.com.

Quelques conseils pour avoir une vie sexuelle "safe" en 2012 :

  • L'usage du préservatif empêche les grossesses non souhaitées.
  • Le préservatif est le meilleur rempart quand on a plusieurs partenaires sexuels.
  • Pour une adolescente sur le point d'avoir ses premiers rapports, la meilleure contraception est formée par la pilule plus le préservatif.
  • La 1ère cause de déchirure du préservatif est la sécheresse vaginale et/ou anale.
  • Le préservatif reste le moyen contraceptif et préventif le plus facile à utiliser et le moins cher pour faire l'amour en toute sérennité.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×